Enfants Famille

Crise de colère: mon enfant de 2 ans est colerique

Partagez cet article

la terrible crise des 2 ans

Votre enfant a-t-il montré des signes de rébellion à l’âge de deux ans? Vous n’êtes pas le seul à traverser cette période! Découvrez pourquoi ce changement de comportement se produit et comment y remédier.

Le phénomène est commun et a même son nom: l’adolescence du bébé. C’est quand l’enfant se rend compte qu’il est un individu et qu’il lutte pour conquérir son espace: hurler, frapper les autres ou se jeter sur le sol. Il appartient aux parents d’être très calme, patient et de se dire que ce comportement ne mène à rien. En d’autres termes, définir des limites. Pour vous aider à faire face à cette situation compliquée, nous avons discuté avec le psychoéducateur Marie Claire DUSCHET

1. Qu’est-ce que l’on appelle l’adolescence du bébé?

L’adolescence bébé est la phase où l’enfant commence à se comporter en s’opposant aux demandes des parents. Soudain, l’enfant qui a été considéré comme obéissant et tranquille commence à crier et à frapper. Il bat, lutte, jette tout ce qu’il voit et gémit chaque fois qu’il demande quelque chose. Il dit non à tout, il résiste à accepter les décisions de ses parents, à changer de vêtements, à quitter un lieu ou à garder un jouet. Pour compléter, il ne répond pas aux demandes et semble toujours être contre.

2. Ce comportement est-il commun? et à quel âge?

Habituellement, cela se passe entre 1 an et demi et 3 ans.

3. Y a-t-il une cause?

La cause de cette période est tout simplement le développement naturel de l’enfant. La phase de l’âge de 2 ans est une période de grand changement pour lui. Jusque-là, le petit suivait les modèles et les décisions des parents. Peu à peu, il commence à se percevoir comme un individu, avec ses propres désirs et ses opinions, ce qui génère un énorme besoin de prendre des décisions et de faire des choix pour lui-même. Sans aucun doute, cela va génèrer une grande résistance pour suivre les demandes des parents. Ce n’est pas exactement une action consciente de l’enfant, mais une tentative de répondre à ce désir intérieur, à cette découverte de soi comme un être indépendant des parents. Cependant, en même temps qu’il veut prendre ses décisions, il a encore beaucoup de difficultés à le faire, puisqu’il n’a pas encore assez de maturité. Il n’est pas d’accord avec vous! Si vous demandez ce qu’il veut manger, bien sûr, il répondra: « Nouilles ». Mais quand vous arrivez avec le plat de nourriture, il vous dira: «Je ne veux pas ça! « Supposons que vous êtes pressé d’aller quelque part. Votre enfant est de bonne humeur jusqu’au moment ou vous lui dites: « On va rentrer dans la voiture maintenant ». Il fera tout sauf ce que vous lui demandez. C’est une phase difficile pour les parents et aussi pour les plus petits . C’est une expérience émotionnellement intense et remplie de conflit, car, alors que l’enfant cherche cette identité, il ne veut pas déplaire à ses parents, autant qu’il ne semble pas possible.

4. Existe-t-il un moyen d’empêcher l’enfant de passer par cette étape?

Il n’est pas nécessaire d’essayer d’éviter cette période et il n’y a aucun moyen de le faire. L’important est de connaître et de traiter de façon constructive cette période de l’enfant.

5. Est-ce que tous les enfants passent par là?

Ce n’est pas une règle. Certains enfants démontrent des caractéristiques plus intenses que d’autres.

6. Comment agir lorsque l’enfant se jette sur le sol et crie dans un lieu public, comme au supermarché ou dans un centre commercial?

Tout d’abord, ne criez pas, ne vous mettez pas en colère ou n’ayez pas tout autre comportement agressif pour tenter de contenir sa colère. Avant de d’agir, parler à votre enfant et essayer de lui expliquer que ce qu’il fait est absurde. Si c’est un supermarché, par exemple, dites-lui comment vous attendez qu’il se comporte dans ce lieu, qu’il peut choisir pour vous, et ainsi de suite. Si vous allez dans un restaurant, faites de même, expliquez lui où vous allez, comment vous attendez à ce que l’enfant se comporte et expliquez lui les conséquences d’une mauvaise conduite. Ne jamais céder à des caprices, comme les pleures, demander de l’aide et se plaindre de malaises possibles. Dites-lui que vous ne le ferez qu’après qu’il soit calmé. Disciplinez l’enfant après sa rage, c’est le moment où il va arreter sa frustration et son mécontentement. Après cela, vous vous penchez pour lui parler. Il est toujours très important que l’enfant comprenne ce qu’il a fait et pourquoi vous agissez. Évitez de donner des punitions à votre enfant devant d’autres personnes, de sorte qu’il ne se sente pas frustré et vous aussi. Un conseil intéressant pour résoudre le problème c’est d’attirer l’attention de l’enfant sur une autre situation. Montrer un objet ou commencer à parler d’un autre sujet. Ignorer le colère donne habituellement d’excellents résultats . Dans les lieux publics, si la colère persiste et que vous vous sentez mal à l’aise, éloignez votre enfant de l’environnement sans violence et sans parler. Votre attitude sera bien vécue par les autres.

7. Que faire lorsque le petit frappe les gens?

Ce «problème» est habituellement l’expression de leur mécontentement, qui, dans ce cas, n’est pas acceptable. Il est important de souligner que les enfants, comme nous les adultes, sont également en colère, tristes, frustrés et bouleversés, ce qui est naturel pour l’être humain. Tout au long de la vie, elle rencontrera diverses situations qui réveilleront ces sentiments et l’enfance est la meilleure étape pour apprendre à faire face à ces sentiments inévitables. Donc, si elles doivent contribuer positivement au développement émotionnel et psychologique des enfants, les parents devraient cesser d’essayer de les sauver de situations frustrantes et d’expliquer ces sentiments en soulignant les moyens de les traiter. L’enfant sait comment faire face à ces sentiments, il teste ses actions et construit ses manières d’agir.

Quand il frappe quelqu’un, il devrait immédiatement être réprimandé, puis les parents devraient se baisser à la hauteur de l’enfant, le regarder dans les yeux et parler avec fermeté pour qu’il comprenne que vous etes en colère, que son attitude est inacceptable . Expliquez que si cela se produit à nouveau, il y aura des punitions, et expliquez lui ces punitions. Rappelez-vous que ces punitions doivent être exécutées car, si l’enfant répète ce comportement, vous devez respecter ce que vous avez dit, sinon il ne vous trouvera pas crédible.

VOIR AUSSI: comment traiter l’agressivité de l’enfant

8. Pourquoi l’enfant frappe-t-il la tête sur le mur ou fait des choses pour se blesser parce que vous lui avez dit «non»?

En général, les enfants recourent à ce type d’automutilation comme une autre tentative d’attirer l’attention des adultes et réussissent presque toujours parce qu’ils découvrent que ce comportement provoque une réaction chez les parents. Dans la mesure où cela pourrait l’intéresser, les parents devraient garder l’idée que «sans audience, il n’y a pas de spectacle». L’idéal est d’arreter ce que fait l’enfant sans tout en faisant semblant d’ignorer ce qu’il fait. Vous pouvez, par exemple, mettre un oreiller sous votre tête, ou prendre le petit sans parler pour le mettre dans un environnement plus sûr. S’il se rend qu’il ne parvient pas à attirer votre attention, l’enfant recherchera d’autres possibilités, comme allumer et éteindre la lumière, allumer et éteindre les équipements électroniques, etc. Soyez conscient qu’il est possible que ce comportement reflète un problème émotionnel,

Si l’enfant commence à manifester des comportements autodestructeurs tels que des rayures, des coups de tête et des cheveux, souvent dans des situations quotidiennes, il vaut la peine de consulter un spécialiste car cela peut indiquer une crise d’angoisse.

À VOIR AUSSI

Catégories